• Accueil
  • > Lyon
  • > Non, mais des fois, de quoi j’me mêle!?

Non, mais des fois, de quoi j’me mêle!?

Si vous êtes lyonnais, vous avez certainement vu cette affiche depuis quelques jours :
Lyon, la ville qui se mêle de tout...

 

La Ville de Lyon a décidé d’alerter la population des dangers du portable pour les moins de 12 ans. On ne niera pas l’importance des politiques de prévention concernant la santé. Et dans le domaine des ondes nocives, depuis quelque temps, le portable est en ligne de mire, notamment pour les plus jeunes.

Cependant, cette campagne de communication va au-delà de la simple information. Son slogan, « Le portable avant 12 ans, c’est non » marque comme un excès de zèle. Non, la politique d’une ville ne saurait en rien dicter des décisions individuelles. Interdire, ou pas, le portable à son enfant relève de la sphère privée ; ce n’est assurément pas l’attribution d’une administration municipale.

C’est d’autant plus étonnant que cette même Ville de Lyon -la même équipe municipale- a quelques soucis avec les associations de parents d’élèves, qui exigent la suppression des antennes-relais sur les toits des écoles lyonnaises et à leur proximité. Un comble en somme! Dans ce dossier, le parti socialiste, qui dirige la Ville depuis plus de 7 ans maintenant, mène une politique pour le moins conciliante envers les opérateurs qui installent ces antennes.

Ainsi, jusqu’à présent, la Ville n’impose aucune distance minimale entre une antenne et une école. Il a fallu la mobilisation des parents de l’école Victor Hugo, et deux cas de cancer chez les enfants, dans le 1er arrondissement, pour que l’antenne soit démontée. Dans le cas d’une autre école, l’école Gerson, l’antenne est située à 20 mètres de l’école sur un bâtiment n’appartenant pas à la mairie. Cette dernière justifie ainsi son impuissance…pour faire retirer l’antenne.

Les associations ont tout le moins obtenu de participer à une commission de réflexion sur la révision de la charte concernant les antennes-relais.

Espérons que le bon mot cynique de Clémenceau ne soit pas de nouveau confirmé, lorsqu’il affirmait, en vieux loup de la politique :

« Vous voulez étouffer une question, eh bien! créez une commission! »

Laisser un commentaire